L’île brésilienne Ilha da Queimada, grande d’une superficie de 230000 mètres carrés, soit 23 hectares se trouve à plus ou moins 35 kilomètres du littoral de Sao paulo, au Brésil. 

 

C'est une île aujourd’hui inhabitée, une île de mort et dont l’accès est strictement réservé aux scientifiques et certains herpétologistes.

Les habitants des villes côtières à proximité de Queimada Grande aiment raconter deux histoires macabres qui se sont déroulées sur l’île même.

“Un pêcheur se promène sans le savoir, sur l’île pour ramasser des bananes. Naturellement, il est mordu. Il parvient à revenir à son bateau, où il succombe rapidement au venin des serpents. On le retrouve quelque temps plus tard dans une grande flaque de sang.”

“La fin tragique du gardien du phare et sa famille. Une nuit, une poignée de serpents entrent par une fenêtre et attaquent l’homme, sa femme et leurs trois enfants. Dans une manœuvre désespérée pour s’échapper, ils fuient vers leur bateau, mais ils sont mordus par des serpents qui sont sur des branches aux dessus d’eux.”

Superficie : 230 000 mètres carrés, soit 23 hectares. D’après des estimations, il y  aurait 1 serpent par mètre carré, soit 230 000 serpents sur l’île

Les serpents

La tête triangulaire de ces serpents est très nettement distincte du cou et en forme de fer de lance, ce qui lui vaut son nom. Caractérisé par des rangées de taches sombres, leur corps peut atteindre2 mde long chez certaines espèces. Terrestres ou arboricoles, ils se répartissent entre trois genres différents.

Le plus important d’entre eux, le genre Bothrops, regroupe environ soixante espèces réparties sur le continent américain, depuis le Mexique jusqu’en Amérique du Sud, en passant par toute l’Amérique centrale.

 

Les fers-de-lance étaient autrefois la terreur du Brésil, provoquant la mort d’environ 3 000 personnes par an. On dénombre aujourd’hui moins d’une centaine de victimes, du fait de la meilleure qualité des soins, ainsi que de la régression de cette espèce grâce à l’introduction de nouveaux prédateurs comme la mangouste. Cela dit ce petit carnivore qui excelle dans la mise a mort des cobras en Asie est nettement désavantagé par  le fait que les Bothrops sont des solenoglyphes (longs crochets mobiles, reliés à la glande à venin, à l’avant du maxillaire). Les fers de lance  peuvent plus rapidement mordre mortellement  la mangouste.  De plus sa résistance au venin de cobra est inutile contre le pouvoir enzymolytique du venin des Bothrops.

L’île est connue comme étant un lieu abritant la population de serpents la plus dense de la planète et donc par de la même occasion un des lieux les plus dangereux pour l’homme. Aujourd’hui il est interdit d’accoster sur l’île, pour la propre sécurité des petits curieux qui voudraient faire un tour sur l’île ou faire un petit pic-nic suicidaire.

Ces serpents appartiennent tous à la même espèce,  Bothrops insularis ou jararaca-ilhoa , dont le venin est cinq fois plus puissant que celui de leurs cousins Bothrops continentaux.

 Bothrops insularis, espèce endémique est tout de même promise a disparaitre du fait que les individus soient  intersexués et consanguins

 

Les Bothrops insularis sont en quelque sorte les seuls maitres de l’île

 Zatch (équipe Stridulations) à http://ztridulations.wordpress.com/