Photo : Dermogenys siamensis Fowler, 1934

La famille des Hemirhamphidae, composée d’espèces principalement marines ou amphidromes, est relativement peu connue en aquarium 

mis à part par les genres Dermogenys, Nomorhamphus et Hemirhamphodon.

 

Cette famille appartient à l’ordre des Beloniformes et est proche des poissons volants (Exocoetidae) et des aiguilles de mer (Belonidae).

Ces espèces sont nommées demi-becs en raison de leur mâchoire inférieure plus longue que la supérieure.  Cette forme semble aider ces espèces de surface à la préhension de leurs proies : insectes, larves et petits crustacés pour les plus petites, poissons pour les plus grandes.

 

Photo : Nomorhamphus liemi Vogt, 1978

Si le plus commun des demi-becs, Dermogenys pusilla Kuhl & Van Hasselt, 1823 est plutôt amphidrome et nécessite l’adjonction d’un peu de sel marin à l’eau de l’aquarium, l’espèceDermogenys siamensis Fowler 1934 est, elle, purement dulçaquicole, de même que la plupart desNomorhamphus et que Hemirhamphodon phaiosoma (Bleeker, 1853) et Hemirhamphodon tengahColette, 1991, qui nous intéresse ici.  A part notre tengah qui pond des oeufs, ces trois genres sont vivipares et les mâles disposent d’un andropode, formé par les nageoires pelviennes transformées.

Description

Outre la mâchoire inférieure plus longue, notre demi-bec est très allongé et hydrodynamique.  Le corps mesure environ 5 cmde long pour 0,5 cmde haut.  Les flancs sont parcourus d’une ligne brun-rouge foncé et de deux lignes bleu-vert.  Le « bec » est rouge et les nageoires impaires sont également veinées de rouge.  Le reste du corps est beige à gris. L’œil est grand et ces animaux disposent d’ailleurs d’une excellente vue.  Les femelles sont un peu plus ternes et ne disposent évidemment pas de l’andropode qui permet la fécondation interne.

 

Photo : Hemirhamphodon tengah Colette, 1991

Origine

Cette espèce est trouvée dans les petits ruisseaux à eau noire du sud de Borneo, généralement dans les zones pourvues de végétation flottante.

Comportement et maintenance en aquarium

Cette espèce est assez délicate.  Un aquarium pas trop haut (25-30 cm maximum) et de 60 à 80 cm de long est parfait.  On tiendra compte du fait que les mâles peuvent se rudoyer mais dans l’ensemble, cette espèce est plutôt grégaire.

Il convient de lui fournir une eau très douce, une lumière tamisée à l’aide de plantes flottantes.  Un  sol sombre aide également à vaincre sa timidité naturelle.  Quelques branches et quelquesCryptocoryne par exemple complèteront le décor.

Hemirhamphodon tengah Colette, 1991 sera préférentiellement gardé dans un bac spécifique mais on peut quand même lui adjoindre des compagnons calmes et de petite taille comme des petitsBetta du groupe coccina ou albimarginata et des Boraras par exemple. 

L’alimentation se fera avec des aliments vivants ou surgelés mais toujours de très petite taille : daphnies, artemias, petites larves de moustique, nauplies, cyclops, micro-vers.  Une fois acclimatés, ils accepteront également les petits granulés flottants mais leur bonne santé ne sera garantie qu’en fournissant des proies vivantes.

Une fois leur timidité vaincue, ces poissons descendent parfois chercher leur nourriture plus bas que la surface.  On peut alors profiter pleinement de leurs merveilleuses couleurs.

Reproduction

Elle est assez aisée.  L’espèce est ovipare mais la fécondation est interne.  Une fois que les œufs sont matures, la femelle les colle à des feuilles (plutôt larges d’où l’emploi de cryptos).  Les œufs sont assez gros et éclosent après trois semaines à 25°c.  Les alevins mesurent déjà un cm et prendront très vite des nauplies d’artemias.  Le « bec » se développe à l’âge d’un mois.

Conclusion

Une superbe espèce réservée à l’aquariophile expérimenté et soigneux !

 

Christian Van Belle